Entente de principe adoptée à 97% !!

Saint-Jérôme, le 1er novembre 2018 — L’entente de principe intervenue le 30 septembre entre le comité de négociation du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Laurentides en santé et services sociaux – CSN et le CISSS des Laurentides a été présentée en assemblée générale. L’entente a été entérinée à 97 % au terme de 25 séances de consultation pendant lesquelles l’ensemble des membres pouvaient poser des questions pour ensuite voter par scrutin secret.

Une entente négociée
La négociation des 26 matières locales a été imposée par la fusion des établissements issue de la réforme Barrette et de la loi 10. Ainsi, 25 conventions locales devaient être unifiées et harmonisées pour plus de 6 200 travailleurs. Dès le départ, le syndicat avait pour objectif d’en arriver à une entente négociée et non imposée par le gouvernement. Douze mois de négociation auront été nécessaires avec, comme priorité, de contrer les demandes initiales de l’employeur qui souhaitait avoir la latitude d’affecter le personnel n’importe où sur l’ensemble du territoire des Laurentides.

Les notions de déplacements, de lieu de travail et de disponibilité
« La fusion des établissements, donc du territoire de travail, de la région des Laurentides a vite mis de l’avant la nécessité de définir le port d’attache d’un salarié sans quoi n’importe qui aurait pu se voir obligé de travailler n’importe où, entre Lachute et Mont-Laurier, explique Marie-Claude Ouellette, vice-présidente du syndicat. Nous avons réussi à introduire la notion de port d’attache pour chacun des postes et de limiter la distance de déplacement à 41 km ». Pour le syndicat, dans un contexte où 50 % du personnel doit déjà composer avec des horaires à temps partiel, il était inconcevable que l’on puisse exiger de celui-ci d’augmenter le temps obligatoire de disponibilité, sans garantie d’heures, en plus d’imposer des distances de déplacement à la grandeur du territoire.

Des avancées et des défis
Le syndicat estime avoir réussi à négocier les matières relevant du fonctionnement local ou régional de manière à protéger le plus grand nombre des effets néfastes conséquents aux fusions. Ainsi, la création de postes d’autosuffisance pour stabiliser les équipes de travail, la clarification de plusieurs dispositions afin de favoriser la création de postes à temps complet, la mise sur pied d’un projet pilote en CHSLD pour la gestion du temps supplémentaire et la pénurie de main-d’oeuvre, la reconnaissance des acquis pour l’obtention d’un poste en remplacement et la mise en place de balises dans le mécanisme de supplantation sont au nombre des avancées conclues par le comité de négociation.

« Bien entendu, l’application correcte et sensée de cette nouvelle entente demeure un défi dans un contexte où le pouvoir de gestion est centralisé et trop souvent ignorant de la réalité dans les établissements. Nous sommes prêts à relever ce défi, affirme Dominic Presseault, président du syndicat, et nous nous attendons à ce que le CISSS des Laurentides manifeste la même volonté. »
Luce Melançon, vice-présidente régionale de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) et Chantal Maillé, présidente du Conseil central des Laurentides – CSN (CCSNL-CSN) souhaitent d’abord féliciter le STTLSSS-CSN pour son immense travail et confirment que la CSN et ses organismes continueront de défendre le réseau public de la santé et des services sociaux devant le nouveau gouvernement caquiste qui s’est affiché ouvertement en faveur de la privatisation des services publics.

À propos
Le STTLSSS-CSN représente plus de 6 200 membres. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux qui compte plus de 110 000 membres dans les secteurs public et privé. Il est également affilié au Conseil central des Laurentides – CSN qui, pour sa part, représente 16 000 syndiqué-es des secteurs public et privé sur une base régionale.