7 / 15 – Refus de l’employeur de respecter l’ancienneté

Au mois d’avril, l’employeur a communiqué avec le syndicat et l’a informé qu’il allait procéder à une embauche massive de personnels pour supporter les préposés aux bénéficiaires.. Le syndicat a accueilli favorablement la nouvelle. Enfin du nouveau souffle pour soutenir ce personnel à bout de souffle.

Mais, il y avait un os. L’employeur, sans l’accord du syndicat, a décidé de passer outre les conventions collectives locales. En effet, il promet aux nouveaux embauchés une garantie d’heures minimales, c’est-à-dire un 7/15, mais SANS ACCORDER AUX ANCIENS LA MÊME ÉQUIVALENCE.  Le personnel déjà en place devrait modifier leur disponibilité et l’offrir sur 2 quarts de travail pour avoir le même privilège.  Ce qui est contraire aux dispositions des conventions collectives locales.

Le syndicat ne s’oppose pas à l’embauche de personnel, mais l’employeur doit comprendre que le respect de l’ancienneté est essentiel.

En ce sens, débute-le 9 mai, une première série de manifestations afin de dénoncer la situation. Nous serons présents sur l’ensemble des points de services jusqu’à ce que l’employeur comprenne raison.

Premier rendez-vous, mardi le 9 mai au Centre D’hébergement Drapeau Deschambault 100 Rue du Chanoine-Lionel-Groulx, Sainte-Thérèse. Dès midi.

Une première, mais pas une dernière.